Programme national de la forêt et du bois
Programme national de la forêt et du bois
02/11/2016
Programme national de la forêt et du bois : lancement d’une grande consultation publique
02/11/16

L’ouverture de la consultation publique sur le programme national de la forêt et du bois a été annoncée lundi 17 octobre par Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt. Un programme visant à augmenter la récolte de bois tout en assurant le renouvellement de la forêt et à préparer les forêts françaises aux changements climatiques.
lire +
CONNAITRE LES ESSENCES POUR FAIRE DU BOIS, UN EXCELLENT COMBUSTIBLE
CONNAITRE LES ESSENCES POUR FAIRE DU BOIS, UN EXCELLENT COMBUSTIBLE
05/04/2016
CONNAITRE LES ESSENCES POUR FAIRE DU BOIS, UN EXCELLENT COMBUSTIBLE

Par la combustion du bois, celui-ci libère l’énergie qu’il contient sous forme de chaleur. Mais chaque essence (les feuillus durs ou feuillus tendres) a sa propre capacité énergétique, sans compter que la libération de cette énergie varie en fonction d’autres facteurs, comme l’humidité, propre à chaque bois à un instant donné et à la manière dont on le brûle.

D’où l’importance de bien choisir son bois et de le brûler au bon moment !

Rappelons que les meilleurs appareils de chauffage (parmi les poêles, cheminées et chaudières) sont conçus pour des combustibles d’excellente qualité, apportant performances et rendements.

Ne s’intéresser qu’au prix du combustible est donc une absurdité qui peut vous faire perdre de l’argent. Tout autant qu’un mauvais stockage de ce bois !

L’essence du bois

Les feuillus dits bois durs (chêne, charme, hêtre, frêne essentiellement) permettent d’obtenir de meilleurs rendements que les feuillus dits tendres (bouleau, platane, peuplier…) peu denses.

Un bois sec fournit pendant sa combustion une quantité d’énergie à peu près constante quelle que soit l’essence. Mais les feuillus durs sont des bois denses, ils fournissent donc plus d’énergie au m3.

Un bois humide issu de feuillus tendres, plus légers, ont une combustion plus rapide et résistent mal aux mauvaises conditions de stockage. Cela dit, ils chaufferont jusqu’à 4 fois moins qu’un bon bois sec. Ainsi, pour quelques euros que l’on croit économiser à l’achat, on perd en général 2 à 3 fois plus d’argent.


Pour les bûches, les résineux (pins, épicéas, sapins, cèdres) sont presque toujours déconseillés, même bien secs. En effet, ceux-ci libèrent rapidement leur énergie (idéal en début de flambée). La raison tient essentiellement à leur capacité à encrasser vos conduits d’appareils, donc à les user trop tôt.

Pour une bonne valorisation énergétique du combustible bois, il est primordial de le stocker à l’abri de l’humidité, dans une zone ventilée (éviter le stockage sous une bâche ou dans une cave) et de ne pas le poser à même le sol.

Comprendre les taux d’humidité

Une part importante d’énergie est utilisée pour transformer l’humidité en vapeur d’eau lorsque le bois est humide, ce qui entraîne une surconsommation de bois (achat d’une quantité plus importante de bois) et des émissions polluantes importantes.
Pour optimiser le fonctionnement de l’appareil de chauffage, il est primordial d’utiliser des combustibles bois secs, prêts à l’emploi, avec un taux d’humidité inférieur à 25 %.
Un bois bûche à 30 ou 40 % d’humidité (bois mi sec et humide) occasionnera une perte de plus de 30 % du rendement énergétique comparé à du bois sec. Ce ne vous empêche pas d’acheter du bois mi sec (de préférence à la saison du printemps), mais vous devrez le stocker au minimum 6 mois selon son taux d’humidité avant de la brûler.
lire +

Actualités