Quelles sont les perspectives du marché ?
Quelles sont les perspectives du marché ?
15/12/2017
« La matière première est là. Contrairement à l’image dont souffre le chauffage au bois, la forêt est en redéveloppement. En France, les forêts sont gérées durablement depuis le 17ème siècle. Nous étions à 5 millions d’hectares en plein cœur de la seconde ère industrielle et nous sommes aujourd’hui à plus de 16 millions d’hectares. Si de plus en plus de ménages se chauffent au bois, cela ne signifie pas qu’ils consomment plus de bois. Les appareils sont de plus en plus performants et sont donc plus économiques en combustible. La consommation en bois est amenée à stagner, voire à diminuer, tandis que la demande sera stimulée par la performance croissante des équipements. A ce titre, l’objectif des 9 millions me parait raisonné et possible. »
lire +
Climat : L’Accord de Paris entre en vigueur
Climat : L’Accord de Paris entre en vigueur
13/11/2016
Climat : L’Accord de Paris entre en vigueur
07/11/16

L’Accord de Paris, adopté il y a moins d’un an à l’issue de la COP21, est entré en vigueur. Un accord qui reconnaît le rôle primordial des forêts dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Forêt domaniale de Montmorency
© Francis MOUYEN / ONF
Pour entrer en vigueur, l'Accord de Paris devait être ratifié par au moins 55 États, représentant l'équivalent de 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). Avec 78 États engagés dans le processus, ainsi que l'Union européenne, l'objectif est largement atteint. Conformément aux engagements pris lors de la COP21, la mobilisation pour une gestion durable des forêts, ainsi que la lutte contre la dégradation et la déforestation sont au cœur de cet accord.

Stocker le carbone de l'arbre au bois.
L'accord encourage vivement l'ensemble des pays signataires à agir sur les chaînes d'approvisionnement de certaines matières premières agricoles, comme l'huile de palme, le soja ou encore le bœuf, alors que leur production se fait souvent au détriment de la couverture forestière. Or, en matière de lutte contre le réchauffement climatique, les forêts jouent un rôle majeur, de l'arbre au bois. Grâce à la photosynthèse, elles stockent le CO2 atmosphérique dans le bois et dans les sols. Chaque année, près de 20% des émissions de carbone à l'échelle mondiale sont ainsi séquestrées. Les produits bois permettent également de stocker le CO2 à moyen et long terme, puisqu'ils le séquestrent pendant toute leur durée de vie. Ils remplacent également d'autres matériaux plus énergivores, comme le fioul, auquel peut être substitué le bois de chauffage. Gérer durablement les forêts, en garantissant leur renouvellement et leur adaptation au changement climatique, tel est l'enjeu majeur de cet accord cadre et un objectif au cœur des missions assurées par l'ONF.

« Faire de la REDD »
Autre ambition de l'Accord de Paris, la REDD (Reducing Emissions from Deforestation and Forest Degradation), un mécanisme de financement qui vise à réduire les émissions de carbone d'un pays liées à la déforestation et à la dégradation de ses forêts. Le financement est à l'origine des pays développés et à destination des pays en développement qui en font la demande. Le Royaume-Uni, l'Allemagne et la Norvège ont déjà promis 4,7 milliards d'euros de 2015 à 2020 pour les pays engagés dans un programme de sauvegarde des forêts. Le Brésil, qui tente de lutter contre la déforestation de l'Amazonie depuis maintenant 10 ans, sera l'un des premiers pays à recevoir cette aide. À noter que la déforestation et la dégradation des forêts provoquent 11% des émissions mondiales de GES.
lire +

Actualités